Poésie

Enfant

Textes courts

Nouvelles

Rencontre avec…

Textes divers

Lettres

Lettre à un ami étranger

Jeu littéraire

Vidéo-poésie

Liens

Informations légales

Contact

Autres écrivains

Plus

Privé



Sites amis

Dreg Kehr, musique inspirante

Béatrice Hilaire, peintre

Temps Libre, association

Daniel Fondimare, peintre

Raymond Gosselin, sculpteur

Nathalie Letulle, Peintre


Tous les textes présents sur ce site sont protégés par les copyrights de leurs auteurs respectifs

 
 

— Textes divers —

Lettre à un ami étranger

Date : Décembre 2013
Principe : Lettre destinée à un ami étranger dans le cadre du Centenaire de la guerre de 14-18
Réflexion et inspiration : Les souvenirs ont guidé mon choix. les tirailleurs sénégalais, souvent évoqués par mon père, faisaient l'objet de nombreuses illustrations dans les journaux et magazines.
Contrainte : Rédaction d'une lettre

Le Havre, 17 décembre 2013

Lettre à un ami
Lettre aux Tirailleurs sénégalais
Lettre à l'armée coloniale

A vous mes amis, va ma reconnaissance.
1958, quand j'étais petite fille, toute à notre promenade familiale, je vis passer, sur le trottoir d'en face, un homme noir dans ses habits étranges. Il ressemblait à ces illustrations d'un journal que lisait mon père.
Quelques hommes le croisent et lui parlent durement, l'un d'entre eux crache à terre, là où ses pas ont foulé le sol.

Je m'étais arrêtée, ma main si petite dans celle de mon père. Je regardais sans comprendre ce qui avait créé cette méchanceté.

« Ma petite, tu viens de voir des imbéciles qui croient qu'ils sont meilleurs que d'autres. L'imbécilité est source de peur et de beaucoup d'effroi. Cet inconnu ressemble aux Tirailleurs sénégalais que j'ai entrevu sur le Front et dont nous parlions très souvent. Ils étaient surnommés La Force Noire. Si leur couleur est noir, leur sang est rouge et les champs de bataille en étaient couverts. »

« Ils étaient aussi nommés les "Bigors", ils ne lâchent rien, comme nos bigorneaux sur les rochers de la plage. L'ennemi en avait peur. Ils sont courageux, ils ont eu nombre de victoires, ils allaient généralement au casse-pipe, les mauvaises missions étaient souvent pour eux. La force noire, nous les admirions. Ils ont été dûment décorés : les hommes, mais aussi les régiments, les bataillons. L'infanterie de la 8ème DIC n'a jamais été battue. Et c'était pareil en 14-18. Tu sais : valait mieux les avoir avec nous que contre nous. »

Mon père n'était pas ce "héros au sourire si doux". Son regard était hanté par les fantômes d'une vie de tranchées puis de prisonnier.

Vous, le Corps des Tirailleurs sénégalais, qui avez été créé par Napoléon III, avez été volontaires, recrutés et enrolés, parfois de force, lors des conflits. Mais vous avez combattu vaillamment pour la Mère-Patrie, qui pour vous n'était pas un vain mot. Si ordre était donné de ne rien lâcher, même si vous étiez summergés, rien ne lâchait jusqu'à la mort : des "Bigors", des Lions de combat.

Pour 14-18 et 39-45, nous vous devons un juste reconnaissance.
Vous avez participé grandement à une France libre.

2014. 100 ans. Je me souviens de vous.
La France se souvient de votre bravoure.
J'espère pouvoir assister à votre pièce créée par la Compagnie LA POURSUITE en 2014 à l'occasion du Centenaire. Pièce issue des liens tissés par Lucie Cousturier qui, en 1920, a témoigné de votre quotidien dans son ouvrage "DES INCONNUS CHEZ MOI, DES TIRAILLEURS SENEGALAIS CHEZ LUCIE COUSTURIER".
Votre œuvre est avant tout destinée aux scolaires de Lyon, mais j'espère que son retentissement sera plus grand et que nous la verrons au Havre.
Le Ministère de la Culture, conscient que vous êtes des "oubliés", a donné à cette adaptation théâtrale, le label de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

A vous les patriotes
A vous les héros
Salut aux Tirailleurs
Salut aux forces coloniales

2013-Une française
2013-une pensée pour tous vos sacrifices
Respect



 

• ©Axaence • ContactInformations légales